Votre CV est-il convaincant ?

Le constat est sans appel, trop de CV se contentent d’informer, sans vraiment convaincre, ni même donner envie d’en savoir plus. Résultat : le téléphone ne sonne pas…Comment persuader les recruteurs et leur donner envie de vous rencontrer ?  Ceux-ci donnent volontiers la réponse. Seul un CV « cohérent, clair et précis » est en mesure de les rassurer et, également, de leur apporter des arguments persuasifs.

1.Soyez cohérent

– Avec votre projet professionnel : un futur employeur cherchera toujours à comprendre en quoi votre candidature constitue une suite logique ou évidente à votre parcours antérieur.

Pourquoi ? Un parcours « atypique » comporte bien souvent une part d’inconnu qui peut laisser perplexe et ne pas rassurer. Un salarié avec une réelle motivation est souvent la promesse d’une intégration réussie et d’une implication plus forte, aux yeux d’un recruteur.

On distingue deux types de parcours :

  • le classique (cohérent) : vos expériences sont en relation avec votre formation, il y a un fil conducteur évident dans vos choix professionnels (fonctions très proches l’une de l’autre ou complémentaires, fidélité à un secteur, envie de progresser, etc.). Bref, vous savez où vous allez, pour quelles raisons et ça se voit !
  • l’atypique : changement fréquent de fonctions, de secteur d’activités qui n’ont, à priori, aucun lien entre eux.

Conseil : semez des « petits cailloux » dans votre CV pour montrer la route et donner du sens à des expériences diversifiées (on ne choisit jamais totalement par hasard ses fonctions).

Par exemple : vous postulez pour un poste de vendeur informatique alors que vous étiez comptable auparavant ? Servez-vous de la rubrique « centres d’intérêt » pour mettre en avant votre goût pour les nouvelles technologies. Montrez également que vous possédez les compétences relationnelles recherchées (activités professionnelles ou extra-professionnelles).

– Dans la description de vos expériences :

  • innutile de mentionner vos jobs d’été si vous avez déjà quelques années d’expérience
  • une expérience courte ne doit pas être autant développée qu’une longue
  • choisissez un type de CV (anti-chronologique/par compétences/fonctionnel) qui fasse ressortir la cohérence de votre candidature avec le poste à pourvoir en fonction de  votre situation (en continuité de carrière, en reconversion, etc.)

2. Soyez clair et précis

Le lecteur sera particulièrement sensible au moindre grain de sable qui pourrait le faire douter, voire renoncer à décrocher son téléphone : les approximations, l’absence d’informations essentielles, les erreurs, les fautes d’orthographe, etc.

  • Evitez les « zones d’ombres »

Il est vivement conseillé par les professionnels du recrutement de justifier les périodes d’inactivité supérieures à 6 mois. Ecrivez par exemple : « congé parental », « année sabbatique », « formation », « etc. Dans tous les cas, une règle s’impose : ne pas mentir !

  • Adoptez un langage simple pour être compris par tous

La personne qui lira votre CV ne connait pas forcément tous les aspects techniques de votre domaine. Il est donc préférable d’éviter le » jargon maison » et d’expliquer entre parenthèses, les abrévations ou sigles. Si vous répondez à une annonce, le plus simple est sans doute de vous conformer uniquement au langage technique utilisé par l’entreprise.

  • Donnez des informations précises

Pour arriver à persuader le recruteur de la valeur de votre candidature, encore faut-il lui avancer des arguments ! Par conséquent, il ne faut pas oublier de :

  • préciser le degré de maîtrise de vos compétences informatiques et linguistiques
  • démonter le niveau de vos compétences techniques au travers des activités et réalisations
  • suggérer vos compétences comportementales en les mettant en situation dans la description de vos activités professionnelles ou extra-professionnelles (ce que vous avez fait + le contexte)
  • décrire les activités avec des mots concrets, pour permettre au lecteur de se rendre réellement compte de ce que vous avez fait. L’usage de verbes d’action s’impose donc : informer, classer, organiser, etc.

3. Donnez envie d’en savoir plus

S’il fallait ne retenir qu’une règle, ce serait celle-ci : « Ne pas trop en dire, mais en dire assez pour donner envie d’en savoir plus »… Une fois que le recruteur aura établi un lien entre vos atouts et ses besoins, il faut essayer de créer un état de manque (ne pas tout dire) destiné à provoquer l’envie d’en savoir plus et, donc, de vous rencontrer !

Conseil : mettez l’eau à la bouche en étant précis sur ce que vous avez fait et sur les résultats éventuellement obtenus mais ne rentrez pas dans les détails, en disant comment vous y êtes parvenus. Bref, gardez votre « secret de fabrication » pour l’entretien…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.